agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

Laboratoire Passages XX-XXI Portails : www - étudiants - personnels Laboratoire Passages XX-XXI

Vous êtes ici : fr > Le laboratoire > Domaines de recherche > Littératures comparée et francophones

Littératures comparée et francophones

 

Compétences et domaines d'expertise

Mise en relation de littératures d'aires culturelles ou de langages artistiques différents, transferts culturels ; intertextualité ; cadres théoriques, poétique des genres, traduction et traductologie ; enjeux et modalités des littératures en langue française, théorie postcoloniale.

Présentation

Le sous-groupe de Littérature comparée et francophonie, intégré à l'équipe Passages XX-XXI concentre ses recherches sur les rapports entretenus par les écrivains avec la langue, recherches qui ont débouché sur un ouvrage consacré aux citations en langues étrangères dans des romans de la fin du XIXe siècle à l'aube du XXIe siècle et sur deux journées d'étude sur la langue de bois en mai 2010, cette langue de bois étant considérée comme intrusion de la langue de l'autre en soi.

Le domaine de recherche du prochain quadriennal concernera le bilinguisme et le plurilinguisme, les écrivains partagés entre plusieurs langues (et souvent plusieurs pays) qui sont par excellence des passeurs favorisant la rencontre, la confrontation voire la synthèse, entre des arts, des moeurs et des cultures de natures fort diverses. L'exil, la colonisation, l'intégration de leur pays à des empires hégémoniques ont imposé à ces écrivains une rencontre avec l'autre, source de réactions le plus souvent ambivalentes. La littérature irlandaise, la littérature centre-européenne et la littérature francophone des anciennes colonies constituent des domaines propices à l'étude comparatiste du voisinage des langues et de l'impact d'un tel voisinage sur les ?uvres littéraires. L'assimilation d'une langue étrangère pose la question de l'assimilation par la langue et du risque de dépossession de soi-même. Peut-on exprimer les spécificités de son être et de sa culture dans la langue de l'autre ? Cette question concerne, en fait, toutes les littératures. N'existe-t-il pas une sorte d'aliénation originaire qui institue la langue en langue de l'autre, (cf. Derrida, Le Monolinguisme). N'écrit-on pas tous en « langue étrangère » comme le dit Sartre dans Les Mots ? Comment alors affronter ce sentiment d'étrangeté ? En promouvant les littérature en langue nationale, voire régionale, en insérant les parlers locaux au détriment du français standard, en favorisant les phénomènes de diglossie et d'interlectes comme les malinkismes de l'Ivoirien Kourouma ou la créolisation du Martiniquais Chamoiseau, en entrechoquant diverses langues étrangères comme Joyce dans Ulysse ou Queneau dans Fleurs bleues ? L'équipe se propose d' analyser et de confronter les réponses apportées à ces questions par des écrivains placés dans des situations géographiques et politiques très diverses. Ce programme de recherche permet d'intégrer tous les membres de l'équipe qui travaillent sur la littérature francophone, sur les littératures d'Europe centrale, les littératures scandinaves, irlandaises, anglo-américaines et hispano-américaines. Du XIXe siècle à nos jours.

Membres de la composante : Véronique Corinus (francophonie), Philippe Goudey (littératures du sud), Christine Queffelec (littératures anglophones et hispanophones), Merete Stistrup-Jensen (littérature anglophones et scandinaves), Marrie-Odile thirouin (littératures germaniques et d'europe centrale).

 


mise à jour le 4 mai 2016


Université Lumière Lyon 2