agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

Laboratoire Passages XX-XXI Portails : www - étudiants - personnels Laboratoire Passages XX-XXI

Vous êtes ici : fr > Archives > 2013-2014 > Présentation du séminaire

Présentation du séminaire

 
À son ami Jean Roudaut, Jean Starobinski déclarait en 1990 : "Mes travaux, à la fois insistants et intermittents, prolifèrent en polypier." Médecine, littérature, critique d'art, psychanalyse, anthropologie culturelle, musique : peu nombreux en effet sont les terrains sur lesquels "Staro" n'a pas exercé au long cours du siècle la vigilance insistante de son "?il vivant" (l'expression est de Rousseau), en dépit d'une surprenante protestation de "lenteur". À l'abondance et À la prolifÉration "en polypier" d'une oeuvre amorcée dès 1946 s'ajoute cet art subtil du retour critique permanent (sur Rousseau, Diderot, la mélancolie, Saturne, la poésie, le langage, la nostalgie), de l'écoute (celle du professeur qu'il fut, prônant une pédagogie de la semi-improvisation), de l'entretien sur les formes esthétiques, leur généalogie et leur ancrage bio-historique helvète (Voir le beau dialogue avec Gérard Macé, hommage à Montaigne: "la parole est à moitié à celui qui parle...").

À son ami Jean Roudaut, Jean Starobinski déclarait en 1990 : "Mes travaux, à la fois insistants et intermittents, prolifèrent en polypier." Médecine, littérature, critique d'art, psychanalyse, anthropologie culturelle, musique : peu nombreux en effet sont les terrains sur lesquels "Staro" n'a pas exercé au long cours du siècle la vigilance insistante de son "?il vivant" (l'expression est de Rousseau), en dépit d'une surprenante protestation de "lenteur". À l'abondance et À la prolifÉration "en polypier" d'une oeuvre amorcée dès 1946 s'ajoute cet art subtil du retour critique permanent (sur Rousseau, Diderot, la mélancolie, Saturne, la poésie, le langage, la nostalgie), de l'écoute (celle du professeur qu'il fut, prônant une pédagogie de la semi-improvisation), de l'entretien sur les formes esthétiques, leur généalogie et leur ancrage bio-historique helvète (Voir le beau dialogue avec Gérard Macé, hommage à Montaigne: "la parole est à moitié à celui qui parle...").

Universelle et locale, stimulante et sensible, la "relation critique" de Jean Starobinski a suscité déjà et dans un passé récent nombre de journées d'études, de colloques, d'entretiens, comme si, en ces temps de doute sur la fonction heuristique des lettres et des arts, il fallait trouver en cette parole habitée un recours, une ressource d'ardeur, un patronage (mot qu'aurait apprécié Montaigne) traceur d'avenir.

Passages XX-XXI, équipe pluridisciplinaire en littératures et arts, consacrera un séminaire doctoral en 2013-2014 à un de ces penseurs contemporains qui ont le mieux illustré le dialogue des signes et des langages, l'alliance souple de l' émotion esthétique et de son ensemencement théorique: multipolaire, sans dogmatisme, indissociable des formes et de leur traduction (qu'il s'agisse des Enchanteresses pour la musique, de la méditation plastique de l'essai sur le don de Marcel Mauss pour Largesse...).

Nous essaierons, au cours de ce séminaire transversal, d'examiner, à propos d'une oeuvre aussi proliférante, les enjeux moins fréquemment débattus par la littérature critique, et ce à  partir d'une sélection privilégiée d'ouvrages.

Les ouvrages qui nous serviront de base commune de réflexion sont :
- Largesse : Une anthropologie transdisciplinaire du don avec Starobinski en exégète, catalogue d'une exposition au Musée du Louvre, RMN, 1994.
-Action et réaction: vie et aventures d'un couple, Seuil, coll. Librairie du XXeme siécle, 1999.
-Table d'orientation : l'auteur et son autorité, l'Age D'homme, 1989.
-Le Remède dans le mal : critique et légitimation de l'artifice à l'âge des Lumières, Gallimard, nrf essais, 1989 (à propos notamment du "mot civilisation" qui en constitue le premier chapitre).
- L'encre de la mélancolie, Seuil, la librairie du XXIeme siècle, 2012.
- La Parole est à moitié à celuy qui parle, entretien avec Gérard Macé, édition La Dogana/France Culture. Une "autobiographie"oblique en forme d'entretien, un modèle du genre, où le critique revient sur les liens entre enseignement et création, origines familiales et parcours intellectuel, mais aussi rêverie sur le lieu ( question de la "Suisse nomade").

Les axes de réflexion qui pourraient particulièrement nous retenir, en ce qu'ils apparaissent, soit beaucoup moins explorés, soit sujets à relance et à réactivation dans le champ critique et culturel de l'extrême contemporain sont :
- L'anthropologie explicite ou implicite de Jean Starobinski: modèles, formes, héritages, emprunts, ajustements, polémiques, innovations...
- Starobinski politique: notamment à partir de la réflexion fondatrice sur "civilisation": révolte, égalité, révolution, fascismes...
- Le "comparatisme élargi" selon Jean Starobinski: la notion "d'effet de style"
-Temps et durée chez Starobinski, en dialogue avec la pensée du temps de Ricoeur. La réflexion sur le rythme (diurne, nocturne, la journée, l'emploi du temps, la lenteur, l'organisation, la notion très starobinskienne de devoir de "rassemblement" de soi).
- Nostalgie (en résonance avec l'essai de Barbara Cassin: La nostalgie, quand donc est-on chez soi?, Autrement, coll. Les grands mots, 2013)
- La question des langues et des transferts culturels transnationaux, translinguistiques dans l'espace de l'oeuvre starobinskienne.
- Une écriture des émotions: de la justesse... - Starobinski en entretiens: un bilan critique

Lieu des séances :
Sauf mention contraire, salle C 156, Bâtiment Clio, quais, entrée par le 4 bis rue de l'université, 1er étage)

Calendrier des séances :

- Séance 1: Vendredi 4 octobre 2013, 14-16h: Martine Boyer-Weinmann.
Introduction. Bibliographie. Starobinski en entretiens: un bilan critique, à partir de la lecture de La parole est à moitié à celuy qui parle. Entretiens avec Jean Claude Bonnet, 1997, INA, entretien avec Patrizia Lombardo "le devoir d'écouter" in numéro Critique d'avril 2013"le beau triptyque de Jean Starobinski"....

- Séance 2: vendredi 8 novembre 2013, 14-16h (Amphi Jaboulay)
Autour de Action et Réaction. Intervention de Christophe Lamiot (Passages XX-XXI) sur le chapitre 3: "La vie réagissante" et sur "le Poème d'invitation" de Jean Starobinski. séance suivie d'une AG et d'un bureau. Pot de rentrée de Passages XX-XXI, à l'issue de la réunion.

- Séance 3: vendredi 13 de?cembre 2013, 14-16h
A propos de Largesse: une anthropologie du don

- Séance 4: vendredi 24 janvier 2014, 14 à 16h
Intervention de Jérémie Majorel (Passages XX-XXI). Lecture de L'encre de mélancolie, la question de la nostalgie

- Séance 5: vendredi 21 février 2014, 14 à 16h
Intervention de Sarah al Matary( Passages XX-XXI): La notion de" comparatisme élargi". Le remède dans le mal: Starobinski, visions du politique?

- Séance 6: vendredi 21 mars 2014, 14 à 16h
Temps et durée chez Starobinski: du rythme

- Séance 7: vendredi 11 avril, 14 à 16h: Intervention de Madame Stéphanie-Cudré- Mauroux, conservateur Archives Littéraires Suisses, fonds Starobinski, Berne. Editrice (La Dogana). Transferts culturels et linguistiques: le cas de la "Suisse nomade" et multilingue et ses effets de savoir et enjeux d'e?dition. (lu par Starobinski)

- Séance 8: vendredi 16 mai, 14 à 16h. Une écriture des émotions: la signature Starobinski. Intervention de Nathalie Barberger (Passages XX-XXI sur la notion d'"authenticité": Rousseau lu par Starobinski)

 

 


mise à jour le 23 novembre 2016


Université Lumière Lyon 2