agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

Laboratoire Passages XX-XXI Portails : www - étudiants - personnels Laboratoire Passages XX-XXI

Vous êtes ici : fr > Archives > 2012-2013 > Projet L'ART AU TRAVAIL (2012-2014). Représentations artistiques et représentations sociales du (monde du) travail depuis les années 1968

Projet L'ART AU TRAVAIL (2012-2014). Représentations artistiques et représentations sociales du (monde du) travail depuis les années 1968

 

- Projet de recherche 2012-2014 (Université Lyon 2, ENS Lyon)
- Responsables : Bérénice Hamidi-Kim (MCF Etudes théâtrales, Passages XX-XXI, Université Lyon 2) et Armelle Talbot (MCF Etudes Théâtrales, Université Paris 7)
- Contacts : Bérénice Hamidi-Kim et Armelle Talbot
- Partenaires : Projet organisé dans le cadre du laboratoire Passages XX-XXI (EA 4160), Université Lyon 2, avec le soutien financier du Département Arts de la Scène de l'Image et de l'Écran, du département des Lettres et du Service Culturel de l'Université Lyon 2, de l'Institut des Arts de l'ENS
- Remerciements à la Villa Gillet, aux Subsistances, au Théâtre des Ateliers et à la Schaubühne
- Public : Le séminaire et les journées d'étude sont ouverts aux chercheurs, aux étudiants et aux artistes

PRESENTATION

Après deux décennies passées au second plan du débat politique et de la représentation médiatique en France comme en Europe, la question du travail - sa « valeur », ses lieux canoniques (l'usine, l'entreprise) ou ses arrière-cours (le bureau ANPE, mais aussi les pays pauvres vers lesquels il se délocalise), ses figures individuelles et collectives perçues comme historiques (la classe ouvrière vs le patron) ou comme plus récentes (les chômeurs, les clandestins) - la question du travail semble faire retour depuis les années 2000, de façon ponctuelle il est vrai, à la faveur d'occasions politiques (les campagnes électorales de 2007 et de 2012) ou d'événements tragiques dont l'accumulation vaut symptôme : une vague de suicides dans telle ou telle entreprise. Dans le même temps, la scène artistique française et européenne, que l'on peut envisager tout autant comme chambre d'écho et comme outil de critique voire de transformation de ces représentations sociales, a elle aussi remis au goût du jour la question de la représentation esthétique du ou plutôt des mondes du travail. Signe de cette effervescence, plusieurs manifestations scientifiques ont été organisées ces dernières années, la plupart ayant pour particularité de faire dialoguer des chercheurs d'horizons disciplinaires divers et des artistes. Toutefois, aucune n'a questionné l'art dans son double statut de manifestation et d'outil de transformation des représentations sociales du travail et du monde du travail. Tel est l'enjeu du présent projet, qui réunit pour ce faire des chercheurs en études théâtrales, études cinématographiques, littérature, sciences politiques et sociologie.

 

Périodisation : depuis les "années 68"

 Prendre pour point d'origine « les années 1968 » c'est construire le regard autour d'une séquence historique assez courte, permettant du même mouvement d'interroger les transformations réelles du travail et de l'organisation du travail et des modes de mobilisations pour lutter contre cette évolution, de prendre la mesure des transformations des représentations sociales de ce monde du travail et de ces luttes et enfin de se référer à un moment d'articulation forte des mondes artistiques au « monde du travail ». C'est également une façon d'interroger par la bande l'évolution de la fonction critique des différents arts concernés sur la période. De ce point de vue les années 1968 fonctionneront dans notre réflexion autant comme point origine que comme âge d'or tout à la fois stimulant et écrasant pour les acteurs étudiés. 

Représentations sociales, représentations artistiques

 Comparer les différents arts que sont la littérature, le théâtre et le cinéma permettra d'interroger le rapport existant entre les formes artistiques et les modes de représentation d'une question sociale et politique. Il s'agira d'être attentifs tout autant à l'existence de différentes façons de dire et de représenter le (monde du) travail qui seraient spécifiques aux formes artistiques, qu'aux outils communs aux différents arts. Les questions du réalisme, du point de vue sur les personnages, de la représentation des lieux du travail, ou encore celle du discours sur le travail et le monde du travail se posent-elles différemment au théâtre, en littérature et au cinéma ? L'enjeu de ce projet est ainsi d'interroger l'art à la fois en tant qu'il vise à décrire et à transformer les représentations sociales et en tant qu'il est partie prenante de ces représentations. Non seulement les artistes sont tous et chacun membres de la société et à ce titre sont tout autant sujets qu'objets des représentations sociales, mais ils ont également une identité sociale déterminée par leur appartenance à un groupe spécifique. A cet égard, la démarche comparatiste permettra d'interroger le rôle des différents champs artistiques dans la construction des représentations sur le travail manifeste dans les oeuvres.


PROGRAMME DES JOURNEES D'ETUDES 2012-2014


Journée d'études 1. Figures du monde du travail : Les cadres et les patrons

- 8 mars 2013, 10H-18H. ENS Lyon / 15, parvis René Descartes / salle F106-salle Kantor

MATIN: 10h-12h30 salle F106
- Armelle Talbot, (études théâtrales, Université de Strasbourg) : "Les deux corps du roi : formes et enjeux de la représentation théâtrale du pouvoir économique"
- Bérénice Hamidi-Kim (études théâtrales, Université Lyon 2) :
"Capitalism, a Vinaver story"
- Emmanuel Béhague (études germaniques, Université de Strasbourg) :"Key account managerin, it-supporter and senior associate: les cadres de la new economy chez la dramaturge autrichienne Kathrin Röggla"

APRES-MIDI: 14h-16h30 salle F106
- Isabelle Krzywkowski (littérature générale et comparée, Université Grenoble 3) : "Corps à corps : une représentation des enjeux de pouvoir"
- Jacques Gerstenkorn (études cinématographiques, Université Lyon 2):
"A juste titre : La Voix de son maître, de Nicolas Philibert et Gérard Mordillat (1979)"
- Dario Marchiori (études cinématographiques, Université Lyon 2) : "L'image du patron et le patron de l'image: stratégies godardiennes"

16h30-17h : pause

17h-19h : Projection-débat avec Luc Boltanski (sociologie, EHESS)
 

Journée d'études 2. Nouveaux mots/nouveaux maux du travail : Le néomanagement à l'épreuve de la représentation

- 31 mai 2013, 10H-19H. Théâtre Les Ateliers / 5 Rue Petit David. 69002 Lyon

MATINEE

10h-10h30 : Accueil des participants

10h30-12h30 :
- Aurore Labadie (littérature française, Université Paris 3), "Forme d'implication contemporaine : le dévoilement de la novlangue chez Thierry Beinstingel"
- Martin Goutte (études cinématographiques, Université Paris 3) : "Autour de La Question humaine (Klotz, 2007) : mots et motifs de la déshumanisation"

APRES-MIDI

14h-17h :
- Nedjma Moussaoui (études cinématographiques, Lyon 2) : "Confrontation au mal(-être) engendré par le néo-management : des formes de violence dans le cinéma de fiction des années 2000"
- Olivier Neveux (études théâtrales, Université Lyon 2) :"??Appeler la lutte des classes un dialogue de sourds''. Résistances à l'offensive (langagière) néolibérale dans le théâtre contemporain"
- Thierry Beinstingel (auteur) : "Sujet, verbe, compliment : les entreprises parlent aux (en) français"

17h-17h30 : pause

17h30-19h : conférence-performance de Jean-Charles Massera, (écrivain-performeur)
 

Journée d'études 3. Corps au travail. Gestes laborieux, gestes artistiques

- Journée organisée dans le cadre du festival "Mode d'Emploi" (Villa Gillet)
- 15 novembre 2013, 10H-18H, Villa Gillet / 25 Rue Chazière, 69004 Lyon

MATIN
- Ouverture par Martine Boyer-Weinmann, directrice du laboratoire Passages XX-XXI
- Armelle Talbot (études théâtrales, Université Paris 7) : "Gestes laborieux, gestes artistiques. Résistances et détours"
- Ariane Martinez (études théâtrales, Université Grenoble 3) : "Rationalité et sublimation du geste ouvrier dans L'Usine d'Etienne Decroux (1946) et Les Marchands de Joël Pommerat (2006) : le taylorisme en scène"

APRES MIDI
14h-15h : Entretien avec Alexandre Roccoli, chorégraphe, auteur du spectacle Empty Pictures, joué aux Subsistances
15h15-17h15 :
- Guillaume Sintès (études chorégraphiques, Université Paris 8/Lyon 2) : "Gestes au travail, gestes de métiers. Retour sur Aujourd'hui à deux mains, une proposition de Pascale Houbin"
- Vincent Rafis (études théâtrales, Université Grenoble 3) : "La Scène à l'épreuve du travail prostitutionnel"
- Flore Garcin-Marrou (études théâtrales, Université Paris 4) : "L'artiste comme O.S., opérateur de l'action" 
 

Journée d'études 4. Le capitalisme à l'épreuve de la scène : Nouveaux affects et nouvelles subjectivités. Dialogue avec Falk Richter

- 12 mai 2014, 10H-18H30. TNP Petit Théâtre du TNP - salle Jean Bouise
162, rue Louis Becker / 69100 Villeurbanne.

Si le néolibéralisme détermine les formes visibles de l'organisation économique, politique et sociale, il ne fait guère de doute qu'il affecte tout autant le tréfonds des consciences et envahit jusqu'à nos manières de vivre et d'aimer. C'est précisément à diagnostiquer ce que le capitalisme d'aujourd'hui fait à nos subjectivités contemporaines que s'attache Falk Richter, dramaturge et metteur en scène allemand dont les pièces sont régulièrement jouées sur les scènes européennes depuis la fin des années 1990. Cette journée sera l'occasion de revenir sur cette ?uvre prolifique, de dialoguer directement avec son auteur et de découvrir la captation inédite de l'un de ses spectacles, Sous la glace, créé en 2004 à la Schaubühne de Berlin.

MATIN
10h
Accueil des participants

10h30-11h30
Anne Monfort (metteure en scène - compagnie Day-For-Night - et traductrice)
Conférence introductive sur l'oeuvre de Falk Richter

11h30-13h
Entretien avec Falk Richter (dramaturge et metteur en scène)

APRES-MIDI

15h-16h
Stéphane Hervé (docteur et enseignant)
Unter Eis ou la logique affective du management

16h-17h30
Projection de Unter Eis / Sous la glace, texte et mise en scène de Falk Richter.
Création en 2004 à la Schaubühne am Lehniner Platz (Berlin)
Sous-titres de Charlotte Bomy, sur la base de la traduction d'Anne Monfort

17h30-17h45
Pause

17h45-18h30
Discussion avec Anne Monfort : mettre en scène l'oeuvre de Richter

PROGRAMME SEMINAIRE 2012-2013

 

1. Séance introductive

- Vendredi 9 novembre 2012, 11H-17H. Université Lyon 2 / Campus des Quais / 18, quai Claude Bernard / Salle DER 16.

- Bérénice Hamidi Kim (études théâtrales, Université Lyon 2) et Armelle Talbot (études théâtrales, Université de Strasbourg) : « L'art au travail. État des lieux et enjeux ».
- Lilian Mathieu (sociologie, ENS de Lyon/CNRS) : « Représentations sociales, représentation politique, cadres : quel champ notionnel ? »
- Sophie Béroud (sciences politiques, Université Lyon 2) : « Les transformations du monde du travail depuis les années 68 : entre fausses évidences et formes d'invisibilité »
 

2. Figures du monde du travail : Les ouvriers

- Vendredi 23 novembre 2012, 14H-17H. Université Lyon 2 / Campus des Quais / 18, quai Claude Bernard / Amphithéâtre Aubrac.

- Hélène Fleckinger (études cinématographiques, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) : « Figures des Lip chez Carole Roussopoulos, ou la vidéo comme outil réflexif de conflits politiques »
- Élise Domenach (études cinématographiques, ENS de Lyon) : « Portraits d'ouvriers wallons : les vidéos d'intervention de Jean-Pierre et Luc Dardenne »
 

3. Figures du monde du travail : Les ouvriers

- Vendredi 11 janvier 2013, 14H-17H|Université Lyon 2 / Campus des Quais / 16, quai Claude Bernard /salle DR19.

- Maryse Vuillermet (littérature française, Université Lyon 2) : « Le témoignage ouvrier, tentative désespérée d'approcher le réel et transpositions littéraires chez J.-P. Goux, Mémoire de l'enclave et F. Magloire, Ouvrière »
- Corinne Grenouillet (littérature française, Université de Strasbourg) : « Comment dire la routine ouvrière ? Levaray, Piccamiglio, Durand/Truxler, Rosière »
 

4. Figures du monde du travail : Les ouvriers

- Samedi 9 février 2013, 10H-13H. ENS de Lyon / 15, parvis René Descartes / Salle F106

- Xavier Vigna (histoire, Université de Bourgogne) : « Les écritures du monde ouvrier dans les années 1968 : les ouvrier-e-s, les militant-e-s, les établi-e-s et les autres »
- Armelle Talbot (études théâtrales, Université de Strasbourg) : « A la recherche de la classe ouvrière. Retour sur le théâtre des années 1970 »
 

5. Le néo-management à l'épreuve de la représentation

- Vendredi 5 avril 2013, 14H-17H.Université Lyon 2, 18 quai Claude Bernard, amphithéâtre Jaboulay

- Chantal Michel (littérature française, Université Lyon 2)
- Maryse Vuillermet (littérature française, Université Lyon 2) : « Des Clous de Tatiana Arfel ou le théâtre des non-conformes »
 

RENCONTRES, TABLES RONDES ET DEBATS


Table ronde : Les enjeux critiques du théâtre de Joël Pommerat

- 24 novembre 2012. 10H-13H  ENS Lyon / 15, parvis René Descartes / salle F08

- Intervenants: Thomas Boccon-Gibod (philosophie, Université Paris Ouest), Bérénice Hamidi-Kim (études théâtrales, Université Lyon 2), Armelle Talbot (études théâtrales, Université de Strasbourg), Christophe Triau (études théâtrales, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Julie Valero (études théâtrales, Université Grenoble 3)


"L'écriture au travail" cycle de dialogues entre chercheurs et écrivain organisé par la Bibliothèque de la Part Dieu

"La littérature s'intéresse désormais de façon directe au bouleversement profond que subit l'emploi salarié (ou non), et depuis toujours le roman, au sens de genre littéraire, secoue l'entropie des idées reçues, féconde la pensée scientifique et permet aux questions qui n'ont pas encore été posées de l'être. Chercheurs et écrivains de conserve nous aident à prendre conscience et à résister."

Premier dialogue : L'Histoire ouvrière, Sylvain Rossignol et Xavier Vigna.

Modératrice Sophie Béroud

- 17 janvier 2013. 18H30-20H30. Bibliothèque Municipale de la Part Dieu/ Boulevard Vivier Merle, Lyon 69003

Sylvain Rossignol est l'auteur en 2008 de Notre usine est un roman (La Découverte), qui raconte l'histoire des salariés de Roussel-Uclaf des années 1960 à nos jours, à partir d'une soixantaine de témoignages devenus une dizaine de personnages. C'est à la fois la chronique d'un site industriel, un roman choral, une épopée contemporaine et un récit intimiste. Il est aussi l'auteur de Carte de fidélité, qui porte, lui, sur le monde des supermarchés.

Xavier Vigna, historien, est maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Bourgogne et membre du Centre Georges-Chevrier. Après avoir conduit une série de travaux sur l'histoire des années 68 (L'Insurrection ouvrière dans les années 68. Essai d'histoire politique des usines, PUR, 2007), il se consacre à l'histoire ouvrière en France et dans les pays ouest-européens. Dernier ouvrage : Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Perrin 2012.

Deuxième dialogue : La Condition prostituée, Charles Robinson et Lilian Mathieu.

Modératrice Bérénice Hamidi-Kim

- 19 mars 2013, 18H30-20H30. Bibliothèque Municipale de la Part Dieu/ Boulevard Vivier Merle, Lyon 69003

Charles Robinson, écrivain, est l'auteur de Génie du proxénétisme, Seuil, Fiction et Cie, 2008.

Lilian Mathieu, sociologue, chargé de recherche au CNRS, École normale supérieure, est l'auteur de La Condition prostituée, Textuel, 2007.

Troisième dialogue : La Souffrance au travail, Tatiana Arfel et Marie Pezé.

Modératrice Maryse Vuillermet

- 9 avril 2013, 18H30-20H30. Bibliothèque Municipale de la Part Dieu/ Boulevard Vivier Merle, Lyon 69003

Tatiana Arfel, écrivain, a publié Des clous, chez José Corti, en 2010.

Marie Pezé, psychanalyste et docteur en psychologie, est l'auteur de Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, journal de la consultation « Souffrance et Travail » 1997-2008, Pearson, 2008.

Quatrième dialogue : Le Langage du travail, Thierry Beinstingel et Christian Chevandier.

Modératrice Chantal Michel

- 30 mai 2013, 18H30-20H30. Bibliothèque Municipale de la Part Dieu/ Boulevard Vivier Merle, Lyon 69003.

Thierry Beinstingel, écrivain, a publié, entre autres, Retour aux mots sauvages, chez Fayard, en 2010.

Christian Chevandier, professeur d'histoire contemporaine à l'université du Havre et chercheur, a publié des livres sur l'histoire des gardiens de la paix, des cheminots, sur les pompes funèbres et sur les métiers de l'hôpital.

Programme détaillé du cycle accessible à l'adresse :
http://php.bm-lyon.fr/phpmyagenda/infoevent3.php3?id=8892

 

PROJECTIONS-DEBATS

Cycle organisé en partenariat avec les mardis du cinéma de l'ENS Lyon et avec Doc en Courts

 

- 11 janvier 2013, 18H. ENS Lyon / 15, parvis René Descartes / salle Kantor.
Séance du cycle Rezodoc proposée par Doc en courts

Avant-première de Entrée du personnel (59'), de Manuela Frésil, en présence de la réalisatrice.
-Séance animée par E. Domenach et J. Gerstenkorn
-« Réalisé à partir de récits de vie de salariés et de scènes tournées dans de grands abattoirs industriels, Entrée du personnel documente et réfléchit le travail à la chaîne et ses effets, en termes de rapports sociaux de travail, de santé physique et psychologique des ouvriers, d'économie et d'évolution des rapports des hommes/ femmes au travail. Les difficultés rencontrées pour obtenir le droit de tourner in situ donnent lieu à des séquences étonnantes où la mise en scène documentaire se sert du théâtre pour transcrire les gestes du travail de sujets qui deviennent par là même personnages et acteurs de leur vie.»

Sortie nationale le 1er mai 2013

- 15 janvier 2013, 20H. ENS Lyon / 15, parvis René Descartes / salle Kantor.
Séance du cycle "Les Films du mardi" de la section cinéma de l'ENS Lyon

En comparaison de Harun Farocki.
-Séance animée par Dario Marchiori.
-« Je veux proposer un film qui apporte sa contribution au concept de travail. Qui compare le travail dans une société traditionnelle, par exemple en Afrique, dans une société en cours d'industrialisation, comme en Inde, et dans une société fortement industrialisée, en Europe ou au Japon. L'objet de la comparaison est le travail de construction des maisons d'habitation. » Harun Farocki
Avec les outils du cinéma direct, en observant sans commentaire le travail des bâtisseurs dans différents pays, Farocki construit un film-essai à la fois simple et puissant sur le travail contemporain.

 


mise à jour le 9 septembre 2016


Université Lumière Lyon 2