agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

Laboratoire Passages XX-XXI Portails : www - étudiants - personnels Laboratoire Passages XX-XXI

Vous êtes ici : fr > Activités > Publications > Arts de la scène et de l'image > Ouvrages individuels

Ouvrages individuels

 

Ouvrages individuels, composante Arts de la scène et de l'image

DOMAINE CHORÉGRAPHIQUE

GIOFFREDI Paule

A l[a'r]encontre de la danse contemporaine. Porosités et résistances, (dir. P. Gioffredi), Paris, L'Harmattan, 2009.

Artistes, chercheurs et journalistes s'interrogent sur la pertinence et, le cas échéant, les caractéristiques d'une définition de la dite "danse contemporaine". Pour cela, ils explorent et analysent les pratiques des chorégraphes et danseurs d'aujourd'hui et plus spécialement encore celles qui déplacent les lignes, traversent les frontières et bousculent les catégories.

PALAZZOLO Claudia

Pippo Delbono : Teatrul meu (dir. Myriam Bloedé et Claudia Palazzolo), Fundatia Culturala, Cammille Petrescu, Bucarest 2009.

Des Mains modernes : cinéma, danse, théâtre, photo (dir. Emmanuelle André, Emmanuel Siety, Claudia Palazzolo), Editions IDEAT/l'Harmattan, collection Arts et Sciences de l'Arts, 2008.

Pippo Delbono. Mon théâtre, ouvrage conçu et réalisé par Myriam Bl?dé et Claudia Palazzolo, Arles : Actes Sud, 2004.

Présenté sous la forme d'entretien, cet ouvrage retrace le parcours, la démarches et l'univers esthétique de l'acteur metteur en scène italien Pippo Delbono.

La regia di Pina Bausch. Ipotesi sul metodo, Catania : Edizioni Torre, 1992.

Publié à l'occasion d'une tournée de Pina Bausch en Sicile, cet ouvrage aborde le processus de création de Pina Bausch de quatre pièces des années 1980 et essaye d'en isoler les étapes et la singularité.
 

 

DOMAINE CINÉMATOGRAPHIQUE

BARNIER Martin

 - Analyse d'une oeuvre : Contes d'été de Rohmer (1996) (ouvrage co-écrit avec Pierre Beylot), Paris : Vrin, 2011.

Cet ouvrage analyse sous tous ses aspects le troisième film de la série des "Contes des quatre saisons", réussite artistique et financière complète d'un Éric Rohmer juvénile qui vient juste d'avoir soixante-quatorze ans.

- Bruits, cris, musiques de films. Les projections avant 1914, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2010.

Pour comprendre comment ont réellement été perçus les films projetés en France avant la Première Guerre mondiale, il faut se replonger dans l'univers sonore qui les entourait. Cris du public, hurlements de fauves, bruits des foires, accompagnement musicaux variés et souvent synchrones, l'ambiance de ces projections est assez éloignée de ce que nous imaginons aujourd'hui du cinéma.

- Des films français made in Hollywood. Les versions multiples (1929-1935), Paris : L'Harmattan, 2004.

Les films tournés en plusieurs versions simultanément ont permis de contourner l'obstacle des langues lorsque le doublage n'existait pas. Cet ouvrage permet de redécouvrir les enjeux économiques, idéologiques et esthétiques de cette production méconnue.

- En Route vers le parlant. Histoire d'une évolution technologique, économique et esthétique du cinéma, Liège : CEFAL, 2002.

Ouvrage conçu à partir d'une thèse de doctorat. Il s'agit de s'éloigner des clichés concernant la médiocrité supposée de la période de généralisation du parlant pour montrer que ce fut un moment de transition riche en expérimentations, en inventions formelles. De plus cette période a permis un redressement de l'économie du cinéma en France et dans les autres pays européens.
  

FONTANEL Rémi

Matière et cosmos : les films d'Artavazd Pelechian, (dir. Sergio Becerra et Rémi Fontanel), Bogota (Colombie) : IDARTES (Instituto Distrital de las Artes), 2012.

Cet ouvrage collectif est un catalogue conçu à l'occasion d'une rétrospective des films d'Artavazd Pelechian organisée par la Cinémathèque de Bogota (Colombie). Huit textes sont proposés et consacrés aux différents thèmes qui à l'?uvre dans la pensée de ce cinéma (montage, Histoire, musique, etc.). Une filmographie et une bibliographie exhaustives complètent cet ouvrage bilingue (espagnol/français).

Biopic : de la réalité la fiction (dir. Rémi Fontanel), revue CinémAction, n° 139, Noireau-sur-Condé : Éditions Charles Corlet, 2011.

Ce volume de la revue CinémAction s'intéresse au genre biopic. 28 textes sont proposés par des universitaires pour une étude de films biographiques sur différents types de personnalités ayant, pour la majeure partie, vécues au XXe siècle. Un préambule (pp. 13-19), une bibliographie non exhaustive (pp. 217-218) complètent le volume.

Patrick Dewaere, le funambule, Paris : Scope, coll. Jeux d'acteurs, 2010.

Cet ouvrage propose l'analyse de la persona et du jeu de Patrick Dewaere, lesquels engagèrent une quête absolue de vérité. Constamment sur le fil du rasoir, véritable équilibriste entre son travail d'acteur et son vécu, entre ce qu'il jouait et ce qu'il était, entre ce qu'il donnait au cinéma et ce que ce dernier lui rendait en retour, Patrick Dewaere reste à ce jour le funambule le plus complet et le plus passionné que le cinéma ait jamais croisé.

Le Cinéma de Claire Denis ou l'énigme des sens (dir. Rémi Fontanel), Lyon : Aléas, coll. Aléas cinéma, 2008.

Proposition esthétique, sous la forme d'un ouvrage collectif regroupant quatre textes dédiés à la question du « sens » au sein d'un ?uvre riche, dense, cohérente, acharnée à travailler les perceptions narratives, visuelles et sonores comme fondements énigmatiques d'un style filmique.

Formes de l'insaisissable. Le cinéma de Maurice Pialat, Lyon : Aléas, coll. Aléas cinéma, 2004.

Essai sur la question de l'insaisissable dans le cinéma de Maurice Pialat. Étude esthétique (en trois parties) d'une oeuvre cinématographique qui veut se faire aimer sans complaisance aucune, dans l'art du « saisissement » qui passe aussi et paradoxalement par le « dessaisissement » du spectateur.
 

VANCHERI Luc

Psycho. Une leçon d'iconologie par Alfred Hitchcock, Vrin, 2013.

Les pensées figurales de l'image, Paris : Armand Colin, 2011.

La théorie du cinéma et l'analyse du film ont connu au début des années 1970, sous l'impulsion d'une redécouverte du texte qui fonde la psychanalyse freudienne, L'interprétation des rêves, une véritable révolution herméneutique. Cet essai se propose de revenir sur la notion de figural, à partir de laquelle s'est dessiné un modèle de compréhension de l'image inédit.

Images contemporaines. Arts, formes, dispositifs (dir), Lyon: éditions Aléas, 2010.

Du cinéma nous conservons l'idée que l'image filmique a été dépositaire d'effets esthétiques et politiques qui ont contribué à modifier les pensées de l'art du 20ème siècle. Cette recherche collective s'est donné pour but d'étudier la manière dont l'art contemporain a réfléchi le cinéma, ce dernier ayant été tour à tour un modèle et un conservatoire de formes, un objet d'étude et un instrument de pensée esthétique, une pointe de déterritorialisation de l'art et de reterritorialisation de la pensée.

Cinémas contemporains. Du film à l'installation, Lyon: éditions Aléas, 2009.

Depuis les années 1970, le cinéma a cessé d'être irréductiblement conforme à l'économie historique de son dispositif, tandis que les formes de l'expanded cinema se sont multipliées au contact de l'art contemporain. Cet essai se propose d'étudier le régime contemporain de l'art qui accompagne ces mutations esthétiques.

Peinture et Cinéma, Paris : Armand Colin, 2007.

Cinéma et peinture ne désignent pas seulement des pratiques artistiques et des ?uvres, ils mobilisent plus radicalement deux régimes d'images et deux noms de l'art. Penser leurs rapports, c'est suivre les lignes de passage, de partage et de présence qui permettent d'évaluer la manière dont le cinéma a entrepris de réinvestir les puissances plastiques de l'image de peinture aussi bien que la manière dont il a renouvelé les formes de sa légitimité esthétique.

L'Amérique de John Ford, Liège: éditions du Céfal, 2007.

Les contenus fictionnels des films de Ford, quelles que soient les proportions d'imaginaire et d'histoire qui les composent, fonctionnent comme autant d'hypothèses sociales, politiques, spirituelles et métaphysiques. C'est sous cet angle que ce livre entend renouveler l'étude du corpus fordien, en suivant la manière dont ses films renseignent sa conception de l'histoire et du politique à l'époque où se jouait la naissance de la nation américaine.

Film, Forme, Théorie, Paris: L'Harmattan, 2002.

Le projet de ce livre est de dégager une théorie de l'image et du film conduite par leurs seuls moyens poétiques. Là où la philosophie antique et la théologie ont avancé l'idée d'une vision du principe sous les espèces de la théôria, le cinéma, pas moins que la peinture, nous a donné quelques films dont les scénarios n'ont pour unique dessein que de servir des propositions théoriques sur l'image ou les formes.

Figuration de l'Inhumain, Presses Universitaires de Vincennes, 1993.

Cet essai entend revenir sur les conditions figuratives qui règlent l'invention de l'homme filmique. Si le cinéma a bouleversé sa norme anatomique, ce qu'il a pu créer de monstres plus ou moins viables, il a aussi redéfini notre monde de pensées et d'actions, de valeurs et de lois, au seul jugement des figures et des formes.
 

DOMAINE PHOTOGRAPHIQUE

NOIROT Julie

Art et transmission. L’atelier du XIXe au XXIe siècle (dir. Alain Bonnet, Juliette Lavie, Julie Noirot et Paul-Louis Rinuy), Rennes, PUR, 2014.

 

DOMAINE THÉÂTRAL

HAMIDI-KIM Bérénice

Les Cités du théâtre politique en France depuis la fin des années 1980, préface de Luc Boltanski, Montpellier, L'Entretemps, 2013.

Théâtre / Public n°196, "L'usine en pièces. Du travail ouvrier au travail théâtral" (dir. Bérénice Hamidi-Kim et Armelle Talbot), Gennevillers, juin 2010.

LOSCO-LÉNA Mireille

"Rien n'est plus drôle que le malheur". Du comique et de la douleur dans les écritures dramatiques contemporaines, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Cet ouvrage réfléchit à la nature du comique qui traverse les écritures dramatiques européennes depuis les années 1980/1990, et il interroge son articulation avec des affects douloureux, voire tragiques. En repérant différents "lieux comiques" récurrents dans les textes (l'écroulement des représentations, la métaphore de la Nef des fous, la présence de la figure d'Ubu...), il montre que le comique acquiert une pertinence mimétique nouvelle au théâtre, tout en se caractérisant par une impertinence ludique aux vertus roboratives.

La scène symboliste (1890-1896) : pour un théâtre spectral, Grenoble : Ellug, 2010.

Cet ouvrage analyse l'esthétique de la scène symboliste française et explore successivement ses différentes composantes : les décors du Théâtre d'Art de Paul Fort puis du Théâtre de l'?uvre d'Aurélien Lugné-Poe, les musiques de scène et globalement la relation entre la scène et la musique, et le jeu des comédiens. Il montre que la scène symboliste obéit à un mouvement de retrait du visible et de tension vers le spectral qui laisse toute sa place aux "visions" intérieures du spectateur.

Recherches et Travaux n°69 : Du comique dans le théâtre contemporain (dir. Bernadette Bost et Mireille Losco-Lena), ELLUG, Université Stendhal-Grenoble 3, 2007.
  

SERMON Julie

Dossier « Bande-dessinée, dessins animés, spectacle vivant » (dir. Julie Sermon), revue Registres, n°16, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2013.

Alors que les rapports entre la peinture et le théâtre d'un côté, le théâtre et le cinéma de l'autre, ont déjà donné lieu à d'importantes publications et théorisations, les phénomènes de croisements et d'interactions entre les arts scéniques et le dessin, fixe ou animé, demeurent à ce jour quasi inexplorés. Prenant acte de cette carence, et au vu du nombre croissant de créations faisant converger ces deux champs artistiques, ce dossier, principalement fondé sur l'analyse d'?uvres scéniques contemporaines (théâtre, danse, cirque), est conçu autour de trois axes de questionnement : l'adaptation (ou : comment s'opère le passage d'oeuvres dessinées à la scène, ou d'oeuvres théâtrales en BD ?) ; la « remediation » (ou : en quoi les codes de narration et de figuration propres aux univers du dessin, fixe ou animé, inspirent-ils et contribuent-ils à renouveler les écritures textuelles et scéniques ?) ; la confrontation / collaboration (ou : comment, sur scène, certains artistes choisissent de faire coexister ou se confronter deux registres de présence : le vivant et le dessiné ?).

Théâtres du XXIe siècle : commencements (ouvrage co-écrit avec Jean-Pierre Ryngaert), Paris : A. Colin, 2012.

Cet essai s'attache à des mouvements de transformation des pratiques, qui, au tournant des deux siècles (1990-2010), paraissent assez puissants pour dessiner de nouvelles lignes de force artistiques et introduire, dans les manières d'écrire, de dire et de faire du théâtre, des changements durables.
Dans une première partie, « Écritures », Jean-Pierre Ryngaert analyse les principales mutations qui, ces vingt dernières années, ont marqué les « fabriques d'écriture » et les « façons de raconter » des histoires. Dans la seconde, « Le vivant et la technique », Julie Sermon examine les renouvellements des formes de jeu, de narration et de représentation (« L'acteur décentré » ; « La scène intermédia » ; « Dispositifs immersifs ») liés aux dialogues que les auteurs et les praticiens de la scène nouent avec les langages, les matériaux et les outils propres à leur environnement technologique.

Théâtre / Public n°193, "La marionnette ? Traditions, croisements, décloisonnements" (dir. Julie Sermon), Gennevillers, 2009-2.

Trois sections organisent ce numéro consacré aux théâtres contemporains de marionnette et d'objet : "Lieux communs", qui interroge la dimension politique et sociale de la marionnette ; "Troubles dans la réception", consacrée à la façon dont les théâtres "par délégation" viennent brouiller les frontières et les catégories constitutives de notre rapport au monde ; "Écrire avec les marionnettes", qui traverse les enjeux dramaturgiques propres au dialogue des présences et des médiums.

Le personnage théâtral contemporain : décomposition, recomposition (ouvrage co-écrit avec Jean-Pierre Ryngaert), Montreuil : éd. Théâtrales, 2006.

Depuis l'essai fondamental de Robert Abirached, La crise du personnage dans le théâtre moderne, publié en 1978, la question du personnage et de sa mise en crise n'avait pas été reposée. Le propos de notre essai est double : proposer un protocole de saisie ajusté aux personnages problématiques que les écritures de ces trente dernières années ont pu mettre en jeu ; questionner leurs enjeux de représentation, tant symboliques que scéniques. Notre ouvrage est écrit dans une triple perspective : la réception de ces personnages « autres », entre parleurs et figures, par le lecteur, par l'acteur, et par le spectateur.
 

URRUTIAGUER Daniel


mise à jour le 6 décembre 2016


Université Lumière Lyon 2