Publié le 15 avril 2021 Mis à jour le 15 avril 2021
le 3 mai 2021
En ligne

Prélude au colloque du même nom qui aura lieu à Cerisy en 2022

Se rebeller, c’est repartir en guerre selon l’étymologie. Repartir implique un acte de réinvention des pratiques tant artistiques que littéraires et il faut faire crédit à la rébellion et à la dissidence d’une capacité d’inventivité qui atteint l’ensemble des créations humaines, y compris les arts. Plus de soixante-dix ans après la célèbre définition de l’artiste engagé par Sartre, ce colloque se propose d’analyser les reconfigurations actuelles de la résistance dans les arts et les écrits, et ainsi d’étudier en quoi l’émergence de nouvelles épistémologies ont pu profondément les modifier en faisant entrer dans le champ de la connaissance certaines pratiques. Nous nous intéresserons non pas à une aire culturelle mais à un réseau de relations : celles du monde dit occidental articulé aux mondes des « Suds » qui ont expérimenté des formes de rébellions et des révolutions multiples et diverses, mais aussi des manières de vivre la démocratie et de revendiquer des libertés individuelles qui ont été fécondes pour la création.


Trois conférencières interviendront aux horaires suivant :
 
  • 11h15 Valérie K. ORLANDO « Les voix insoumises postcoloniales des cinéastes maghrébines »
  • 13h30 Chloé CHAUDET « Peter Weiss transaréal ? Enjeux et limites d’une (re)lecture de l’Esthétique de la résistance par temps de mondialisation »
  • 14h25 Eliane VIENNOT « Langue des hommes ou langue de l’égalité : une rébellion renouvelée »

Vous êtes cordialement invité.e.s à nous rejoindre sur zoom, en cliquant sur le lien du programme !

Informations pratiques

Date(s)

le 3 mai 2021
11h - 15h30

Lieu(x)

En ligne