Mise à jour le 18 déc. 2020
Coordinateurs : Jérémie Majorel et Luc Vancheri
 

L’axe « Enjeux contemporains de la critique et de la théorie » s’est donné pour tâche de repérer, d’évaluer et d’interroger les questions émergentes qui structurent le champ des arts en suivant de manière privilégiée celles qui occupent les axes du laboratoire, « Intermédialité », « Processus de création », « Études de genre » et « Humanités environnementales ». Il s’agit de cartographier les méthodes inédites, les supports variables, les nouveaux objets et les gestes d’écriture de la critique et de la théorie actuelles, quels qu’en soient les domaines d’application ou de réinvention : dans le champ littéraire, l’essor du pragmatisme, le renouvellement de l’approche sociologique, l’extension de la stylistique ou la reconfiguration entre histoire et critique littéraire ; dans le champ cinématographique, on notera la réévaluation des rapports entre les disciplines instituées (Histoire et esthétique du cinéma) et le développement des études visuelles qui mobilisent les ressources scientifiques de l’iconologie, de l’anthropologie et, plus largement, des Cultural Studies ; dans le champ théâtral, la remise en question des pratiques de la critique dramatique à mesure que sa place se réduit dans la presse traditionnelle et s’épanouit sur l’internet, et qu’elle se confronte à des objets spectaculaires de plus en plus inclassables.

 
  • Les genres de la critique 
Albert Thibaudet distinguait, dans Physiologie de la critique (1922), la « critique spontanée », la « critique professionnelle » et la « critique des artistes ». Qu’est devenue dans les années 2020 une telle « physiologie de la critique », à l’ère du numérique, de la crise du journal, de la réforme de l’université ou des résidences d’artistes ?  
 
  • Objets déroutants
Dans quelle mesure la critique se réinvente-t-elle ou au contraire se sclérose-t-elle lorsqu’elle se confronte à des objets perçus comme inouïs, jamais vus, inédits, hors normes, mineurs, etc. que ce soit en termes d’œuvres singulières, de formes génériques ou de contextes de réception ?
 
  • Débats épistémologiques
Cette confrontation avec des objets déroutants est-elle un levier pour la théorisation ? Critique et théorie participent-elles de l’invention de leur propre objet, glissant ainsi vers la fiction, voire un geste créateur ? Il s’agit de repérer les moments propices où des approches jusque-là balisées se remettent en question de manière féconde.
 
  • Actualité théorique
Le développement de l’iconologie filmique dans le champ des études cinématographiques a donné l’occasion de relancer la question des Cultural Studies qui a longtemps animé la vie académique étasunienne. La culture visuelle du XXIᵉ siècle qui repose sur une pluralité de médias de masse, de technologies et de régimes d’images demande que soit repensés les rôles du cinéma et de la photographie à l’intérieur de cette nouvelle économie du visuel.
 

Publications récentes des membres du champ thématique