Mise à jour le 18 déc. 2020
Coordinatrices : Émilie WALEZAK et Julie SERMON
 

L’intrication nature/culture et les relations humains/non-humains sont au cœur des humanités environnementales, domaine interdisciplinaire qui postule l’interdépendance des modes d’existence et des milieux de vie, et qui s’attache à en penser les dynamiques, les expressions et les implications (politiques, éthiques, esthétiques).
Prenant pour objet d’étude, terrain d’observation et espace d’expérimentation la création artistique contemporaine (arts vivants, cinéma, littérature, photographie), les travaux développés au sein de cet axe se proposent de mettre au jour ce que les arts nous donnent à percevoir et à penser de la conjoncture écologique et des multiples crises qui la caractérisent, mais aussi, d’interroger les manières d’être, de faire et de ressentir qu’ils contribuent à inventer.

  • Arts et humanités environnementales : enjeux épistémologiques, théoriques et critiques
À partir d’un travail de veille documentaire sur les enjeux critiques, théoriques et épistémologiques qui émergent en réponse à la crise environnementale, les chercheur·e·s mettent leurs objets d’étude à l’épreuve de ces nouvelles approches – et réciproquement.
 
  • Documenter, représenter, imaginer les crises écologiques
Du désir de témoigner au désir d’explorer des mondes et des identités à venir, multiples sont les gestes, les formes et les imaginaires artistiques que les crises écologiques contribuent à faire naître. En questionnant conjointement les savoirs, les idées et les représentations qui nourrissent ou que font fleurir les œuvres, l’objectif est de se demander comment les arts contemporains permettent de penser, décrire ou réinventer le monde.
 
  • Agents et lieux de création
Appréhendant le sujet humain non plus seulement comme un être pensant, mais comme un être incarné et situé, les humanités environnementales s’interrogent sur les espaces qu’il habite (oikos) et les relations qu’il noue avec toutes les entités qui les peuplent. Appliquées au champ artistique, ces perspectives invitent à penser à nouveau frais les agents et les lieux constitutifs de tout processus de création.
 

Publications récentes des membres du champ thématique

  • MERABET Emma, NOEL Anne Sophie et SERMON Julie (dir.), revue Agôn [En ligne], dossier 8 | 2019 : « Matières ».
  • MERABET Emma, « Décentrer l’humain ? Notes pour des scènes post-anthropocentriques », Anthropocene 2050 [En ligne], École Urbaine de Lyon, mai 2019.
  • MERABET Emma, « Déplacements : trois itinéraires éco-poétiques autour de l’animal, du végétal et du minéral », thaêtre [en ligne], Chantier  #4 : Climats du théâtre au temps des catastrophes. Penser et décentrer l’anthropo-scène, mis en ligne le 10 juillet 2019.
  • NOIROT Julie, « Photographie contemporaine et Anthropocène : L’art des paradoxes poético-photographiques de Mary Mattingly », Les Cahiers de l’ARIP, n°2, octobre 2020.
  • SERMON Julie, « Théâtre et écologie : changement d’échelles ou de paradigme ? » in Josette Féral (dir.), Changements d’échelle. Les arts confrontés au réel, Sesto San Giovanni (Italie) : Éditions Mimésis, 2021, p. 275-300.
  • WALEZAK Emilie, “Sarah Hall”, The Literary Encyclopedia. Volume 1.2.1.09: Postwar and Contemporary English Writing and Culture 1945-present. Ed. Kerry Myler. 24/11/2020.