Publié le 9 juin 2021 Mis à jour le 9 juin 2021
le 25 juin 2021
Campus Berges du Rhône

Dramaturges en situation - Être dramaturge : pratiques, postures, statuts

Organisation : Astrid CHABRAT-KAJDAN, Corentin ROSTOLLAN-SINET, Cyrille ROUSSIAL, Eliakim SENEGAS-LAJUS (Université Lyon 2) et Lola Tillard (Université du Québec à Montréal)

Le 25 juin 2021 à l’Université Lumière Lyon 2, une journée d’études marquera le lancement de l’itinéraire « Dramaturges en situation - Être dramaturge : pratiques, postures, statuts ». Ce cycle de discussions, d’entretiens et de rencontres aura pour objet d’éclairer les statuts et les exercices du métier de dramaturge aujourd’hui, à partir des expériences individuelles et des trajectoires spécifiques d’artistes et chercheur·euse·s exerçant cette fonction dans la création scénique contemporaine.

Jeunes chercheur·euse·s et praticien·ne·s, dramaturges et/ou metteur·euse·s en scène, nous avons souhaité faire dialoguer nos expériences avec celles d’autres dramaturges et chercheur·euse·s en arts vivants, avec l’envie de remettre à l’étude certains paradigmes - et quelques impensés - relatifs aux réalités contemporaines de ce métier. Nous désirons notamment opérer un changement d’approche, partant du constat que la plupart des travaux sur la dramaturgie reposent assez peu souvent sur l'analyse des profils et des parcours des dramaturges, de la nature des relations qui les lient au reste d’une équipe, de leurs conditions d’emploi, etc. Nous croyons qu'une meilleure prise en compte d'un certain nombre de déterminants d'ordre sociologique enrichirait grandement les études existantes. Conçue comme un “bord de plateau académique”, cette première journée permettra d’éprouver ce parti pris structurant de notre projet : celui d’appréhender des trajectoires individuelles par une approche située, afin d’en dégager de nouveaux éléments de compréhension et des pistes pour le futur.

Le métier de dramaturge (“au sens 2”, dans le jargon, pour le distinguer de celui d’écrivain·e dramatique) a fait l’objet de plusieurs théorisations qui ont fait date - Danan (2010), Benhamou (2012), Boudier et al. (2014) pour n’en citer que trois principaux. Depuis les premières études qui lui ont été consacrées en 1986, et malgré un regain d’intérêt théorique au cours de la dernière décennie dont témoignent les ouvrages évoqués, un certain nombre d’indéfinitions persistent. Malgré l’existence de formations symboliquement très valorisées en France, au Québec ou en Belgique, la nature même de ce qui constitue ce métier est souvent questionnée. L’insertion et l’employabilité sont rendues difficiles par la diversité des conditions économiques et contractuelles dans lesquelles les dramaturges exercent. L’interchangeabilité des titres (collaborateur·ice, assistant·e, regard extérieur, répétiteur·ice, etc.) signale assez bien que l'acte de “nommer” la·e dramaturge est généralement un champ conflictuel ; et la légitimité de sa place ou la nature artistique de son travail sont fréquemment remises en cause.

Force est pourtant de reconnaître que les dramaturges existent, et travaillent. Dans quelles conditions alors, et depuis   quels statuts ? Pour occuper quelles fonctions dans la création, et quelle(s) position(s) dans une équipe ou une institution ? Quelles dynamiques structurantes, voire structurelles déterminent les trajectoires des dramaturges ? Ces éléments d’analyse manquent encore trop souvent aux réflexions sur le métier dramaturgique - si tant est qu’il soit reconnu comme un métier. Ce sont pourtant autant d’aspects qui peuvent expliquer certaines pratiques, postures et discours portés sur cette profession. Que comprendre du métier dramaturgique à partir de ses conditions d’exercice actuelles ?

Pour entamer ce cycle de recherche en abordant dans le vif ces questions, quatre intervenant·e·s ont accepté notre invitation à élaborer ensemble un premier état des lieux en situation, depuis deux perspectives différentes. Nous tenterons d’abord d’établir avec Daniel Urrutiaguer, chercheur en socio-économie du spectacle vivant, une première cartographie des trajectoires professionnelles et des statuts des dramaturges dans la création scénique contemporaine - et d’envisager ainsi ce que pourraient être leurs futurs possibles. L’après-midi sera l’occasion pour Maroussia Diaz Verbèke, Sarah Chaumette et Julie Valero de mettre en partage leurs expériences et leurs parcours de dramaturges : nous travaillerons à dégager de la somme de leurs pratiques concrètes divers facteurs qui concourent à conditionner leurs “manières d’être dramaturge” - et qui déterminent plus largement les postures et les situations professionnelles de nombreux·ses dramaturges aujourd’hui.
 

Programme


9h30 - accueil des participant·e·s

10h-10h45 - “Penser les dramaturges en situation” : introduction par les organisateur·ice·s

10h45-11h30 - “Situation(s) d'emploi et de droit : dramaturge, un métier ?”

Table ronde (1) avec Daniel Urrutiaguer (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

-- relâche --

11h45-12h30 - “Statuts, protection, perspectives : quels futurs possibles ?”
Table ronde (2) avec Daniel Urrutiaguer (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

-- Déjeuner --

14h30-16h -- relâche -- 16h15-17h30

“Penser la dramaturgie depuis les dramaturges : trajectoires croisées (cirque, danse, théâtre)”
Discussion avec Julie Valero, Maroussia Diaz Verbèke et Sarah Chaumette

17h30-18h - “Manières d’être dramaturges : apprendre des récits situés” : conclusion et ouverture par les
organisateur·ice·s

***
Chaque temps de la journée comprend la participation des membres du public aux échanges.
L’organisation de l’événement en présentiel se fera dans le respect des gestes barrières et d’une jauge à 50% de son
remplissage maximum (conformément aux dernières directives ministérielles).


Demandes d’information par mail, à l’adresse : dramaturgesensituation@gmail.com
 
 
Nos invité.e.s
Sarah Chaumette

Après des années de compagnonnage avec Stanislas Nordey, à la fois comme actrice et collaboratrice artistique, à la création de textes d’auteurs contemporains (Pasolini, Gabily, Lagarce), elle joue régulièrement au théâtre avec — entre autres — Rodrigo García, Jean-François Sivadier et Catherine Marnas. La diversité de ses trajectoires, portées également dans le champ de la danse auprès de Mark Tompkins, Deborah Hay et François Chaignaud, ou encore Federico Leon et le Grupo Krapp à Buenos Aires, a nourri une recherche à l’Université Paris 8 sur les présences en scène (Composition en temps réel, 2012). En 2022 sera repris Scum Rodéo, d'après Scum Manifesto de V. Solanas, créé avec la metteuse en scène Mirabelle Rousseau.

Maroussia Diaz Verbèke

est circographe*/metteuse en scène, acrobate sur corde — crée avec le collectif Ivan Mosjoukine De nos jours [Notes on the Circus] — fait la dramaturgie du Vide — organise des rencontres-conférences autour de la dramaturgie du cirque au Centquatre — imagine un troisième cirque et la notion de circographie en créant le solo CIRCUS REMIX, un manifeste en circulaire actuellement en tournée — fait la circographie de FIQ! (Réveille-toi!) — circographie le spectacle 23 fragments de ces derniers jours (Instrumento De Ver) — écrit le premier article sur la circographie (Cnac, 2020) — dédie du temps à un projet de recherche sur ce sujet — et préfère plus que tout chercher comme le cirque est un langage en soi — ah ah. 

Julie Valero

Julie Valero est maîtresse de conférences en arts de la scène à l'Université Grenoble Alpes depuis 2012. Elle a récemment publié, avec Julia de Gasquet, L'Objet technique en scène (Max Milo, 2019) et coordonné un dossier thématique de la Revue d'Histoire du Théâtre autour des archives de Jean-François Peyret (à paraître, juillet 2021). Elle collabore ou a collaboré, en tant que dramaturge, avec différents artistes : Magali Debazeille, Antoine Defoort, le duo Giuseppe Chico-Barbara Matijevic et Jean-François Peyret.

Daniel Urrutiaguer

Professeur en économie et esthétique du théâtre à l'Institut d'Etudes Théâtrales de l'Université Sorbonne Nouvelle, membre de l'Institut de Recherches en Etudes Théâtrales, son champ de recherche est spécialisé en socioéconomie du spectacle vivant, notamment sur les mécanismes de la valorisation de la production. Ses études de terrain sur les pratiques professionnelles analysent les sources de coopération et de tensions dans les relations entre équipes artistiques, personnel des établissements culturels, expert·e·s et élu·e·s des collectivités publiques, représentant·e·s de structures non artistiques, spectateur·ice·s et population locale. Il a notamment coordonné les études nationales sur les territoires et les ressources des compagnies et sur la diffusion de la danse en France.

L'équipe
Astrid Chabrat-Kajdan

Doctorante et enseignante en arts de la scène (Université Lyon 2, ENSATT), elle réalise une thèse dirigée par Bérénice Hamidi-Kim sur les partenariats de théâtre entre l’Europe et la Palestine. Elle a recours à l’observationparticipante afin d’étudier ces collaborations à tous les stades du processus de création. Depuis 2019, ses domaines de recherches l'amènent à intégrer en tant que dramaturge des créations qui portent sur la question de Palestine. Elle crée à Lyon en 2020, le collectif d'expérimentations dramaturgiques "Feux de position". 

Corentin Rostollan-Sinet

Doctorant·e en Arts de la scène (Université Lyon 2) et Philosophie esthétique (Université du Chili), Corentin estdramaturge de métier. Diplômé·e de l’ENS de Lyon, iel a été dramaturge pour In Carne - Créations Vives (Paris), pour le collectif Fléau social en jeu et dramaturgie collective (Saint-Étienne) et pour le ThinkTankTheatre de Karim Bel Kacem (Genève). Pour explorer, entre enquêtes et plateau, les rapports entre théâtre, résistance et émancipation, la dramaturgie est devenue sa pensée, la forme de son regard, un terrain d’activisme et un outil de transmission.

Cyrille Roussial

Doctorant en arts de la scène à l’Université Lyon 2 sous la direction de Julie Sermon, il s’est spécialisé à l’ENS de Lyon dans la dramaturgie, pratique qu’il mobilise avec le jonglage à la fois dans les domaines de la recherche, de l’enseignement et de la création artistique. Il collabore notamment avec plusieurs artistes et compagnies dont les œuvres se réfèrent au cirque ou s’inscrivent dans son réseau de production et de diffusion.

Eliakim Sénégas-Lajus

Doctorant en arts de la scène à l’Université Lyon 2 sous la direction de Julie Sermon, il travaille sur la convivialité dans les seuils de la représentation théâtrale, à la fois sur le plan architectural et dramaturgique. Passé par l’ENS et l’Esad Paris, il est également metteur en scène et interprète, notamment au sein de la compagnie le Théâtre au Corps. Il fait partie des créateur·trices du collectif d’expérimentations dramaturgiques “Feux de position”

Lola Tillard

Diplômée de l’Université McGill en Sociologie, puis de l’Université du Québec à Montréal (UQàM) en Études théâtrales, Lola est une dramaturge québécoise qui vient tout doucement d’arriver à Lyon. Ses recherches portent sur l’expérience intime du politique dans les pratiques scéniques contemporaines. Passionnée par les méthodologies de recherche-création, elle aime exercer la dramaturgie comme on ouvre une boîte à outils, en quête de matériaux qui construisent ou de mots qui soignent. 

 

Informations pratiques

Date(s)

le 25 juin 2021
10h-18h

Lieu(x)

Campus Berges du Rhône

Amphithéâtre Jaboulay
Université Lumière Lyon 2 – Campus Berges du Rhône
Bâtiment Gaïa – 86 rue Pasteur, Lyon 07


Tram T1 (Rue de l’Université) à 2 minutes
Tram T2 (Centre Berthelot) à 8 minutes
Métro A (Ampère-Victor Hugo), D (Guillotière) ou B (Jean Macé) à 10 minutes